jp pellegry [le blog]

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 11 novembre 2005

Diversification -3- Les peintures, la santé et le respect du consommateur !

J'avoue avoir une certaine éthique, si ce n'est une éthique certaine ! Les nouveaux produits que je développe, à base de caséine (colle, peintures, galalithe) se positionnent dans le marché émergeant des produits naturels, sains et non toxiques.

Je suis allé faire un tour aujourd'hui dans trois grandes surfaces, pour repérer les peintures dîtes "écologiques" et regarder leur composition ainsi que leur étiquetage.

Le constat est assez sévère (et tant mieux pour moi et le positionnement de mes futurs produits) :

On ne peut pas dire que l'information soit le souci premier des fabricants parce que à part des mentions du type "à la chaux naturelle", "respectueuse de l'environnement" etc... il n'y a aucune information sur la composition. Par exemple, seule une marque sur les quatre repérées arborait le pictogramme Xi sur ses peintures à la chaux. Beaucoup de peintures acrylique, sous prétexte qu'elles ne contiennent pas de solvant ne portent aucune mention sur leur étiquette.

J'ai voulu aller plus loin. Considérant que ces peintures dites naturelles sont toutes à base d'eau, elles contiennent obligatoirement un conservateur (souvent de l'isothiazolinone qui est un allergène particulièrement puissant) et dans la plupart des cas un ou plusieurs éthers de glycol (le site dotapea donne quelques informations fort instructives sur ces produits !). J'ai donc noté quelques numéros de téléphone de services consommateur et ... appelé. Ca a donné à peu près ça :

  • Moi : Bonjour madame je voudrais savoir si votre produit X contient un ether de glycol et quel est la nature du conservateur utilisé ?
  • La dame : La composition du produit est confidentielle Monsieur.
  • Moi : Certes madame, mais je ne vous demande pas la composition de votre produit mais compte tenu de mes problèmes d'allergie je voudrais savoir si votre peinture contient ces deux produits ?
  • La dame : Heu ... ce sont des peintures à l'eau donc ce n'est pas toxique.
  • Moi : Bien sur, c'est pourquoi je souhaiterais utiliser cette peinture mais uniquement si elle ne contient ni éther de glycol ni isothiazolinone auxquels je suis allergique.
  • La dame : iso quoi ?
  • Moi : isothiazolinione ! c'est un conservateur.
  • La dame : Ca fait partie de la composition, c'est donc secret.
  • Moi : Pourriez vous alors me communiquer la Fiche de Donnée Sécurité ?
  • La dame : Heu ! ne quittez pas je vais voir ...
  • La dame (deux minutes plus tard) : Ce document est réservé aux professionnels
  • Moi : Donc en tant que particulier je ne peux y avoir accès ?
  • La dame : non monsieur, désolé
  • Le téléphone : tuuut, tuuut, tuuut

 Et encore c'est la version la plus soft !

Et si je vous dit que ma peinture ne contient QUE de la caséine et des produits 100% naturels, sans éther ou esther de quoi que ce soit, ni conservateur ni rien d'autre et qu'en plus elle coutera moins cher que les peintures naturelles actuelles ... ça vous intéresse ?

dimanche 6 novembre 2005

Diversification -2- Produits naturels et toxicité

Depuis que je travaille sur la nouvelle gamme de produits faisant l'objet de la diversification d'iPharos, que ce soit la colle ou les peintures à la caséine, je me pose le problème de la toxicité des produits employés. Faut-il utiliser des produits 100% naturels mais pouvant avoir une légère toxicité, ou des produits "chimiques" totalement inoffensifs ? Certes l'idéal serait de ne choisir que des produits naturels et non toxiques, mais jusqu'où aller ?

Supposons que vous souhaitiez repeindre une chambre d'enfant et que vous désiriez employer la peinture la plus saine, bio, écologique, respectueuse de la santé et de l'environnement etc... et vous tombiez sur cette étiquette. Achèteriez vous le produit ?

 R 41- Risque de lésions occulaires graves.

 S 2 - Conserver hors de portée des enfants.

 S 25 - Eviter le contact avec les yeux.

 S 26 - En cas de contact avec les yeux, laver immédiatement et abondamment avec de l'eau et consulter un spécialiste.

 S 28 - Après contact avec la peau, se laver immédiatement et abondamment avec de l'eau et du savon.

 S 39 - Porter un appareil de protection des yeux et du visage.

Pas très encourageant non ?

Et pourtant ce produit est considéré comme on ne peut plus naturel, on ne peut plus sain et respectueux de la santé et de l'environnement puisqu'il s'agit ... de chaux !

La colle à la caséine contient de la chaux. Elle est 100% naturelle et non toxique mais je devrais logiquement apposer ce pictogramme et ces recommandations sur l'emballage !

Ce qui me semble totalement illogique c'est qu'un biberon de colle blanche, contenant des conservateurs pouvant être cancérigènes et souvent des éthers de glycols aussi nocifs ne sont ornementés d'aucun pictogramme.

Je vais me pencher un peu plus sur les aspects règlementaires de l'étiquetage !

samedi 5 novembre 2005

Diversification -1- Les colles à la caséine

Le premier produit qui fera l'objet de la diversification d'iPharos sera une colle à bois structurelle à base de caséine.

Hormis les colles d'os, de peau ou de nerf qui nécessitent une préparation au bain-marie assez délicate, on trouve actuellement sur le marché un certain nombre de colles à bois de différentes natures  :

  • Acétate de polyvinyle (PVA) ou "colle blanche"
  • Polyuréthane
  • Epoxy
  • Urée-formol 
  • Mélamine-formol

Toute ces colles sans exception contiennent des composés toxiques : éthers de glycols et conservateurs (souvent des isothiazolinones) pour la PVA, isocyanates pour la polyuréthane, Bisphénol pour l'époxy et formaldéhyde pour les deux autres. Aucune n'est donc respectueuse de la santé et de l'environnement.

Il existe pourtant une solution avec les colles à la caséine. Elle existent depuis le Moyen Age (la "colle de fromage" des bâtisseurs de cathédrales) et ont largement fait leur preuve dans la construction des avions en bois jusque dans les années 70. Les premières charpentes en lamellé-collé, installées en suisse au début du siècle dernier, sont toujours en place !

En terme de performance, ces colles à la caséine se situent entre les urées formol et les mélamine formol, c'est à dire très au dessus de la colle blanche classique de menuiserie. Le seul reproche que l'on peut leur faire est une mauvaise tenue en milieu extérieur soumis aux intempéries

Alors pourquoi ont-elles quasiment disparues ? Pour des raisons économiques tout d'abord, l'urée et le formol coûtant 4 à 5 fois moins cher qu'une bonne caséine. Pour des raisons pratiques ensuite : la colle à la caséine était livrée en poudre à laquelle il faut rajouter de l'eau. Le marketing a vanté les mérites de la colle toute prête livrée en tube ou en flacon et il a gagné ! Le consommateur y a gagné des conservateurs, des éthers glycoliques et une durée de vie limitée !

Il reste quelques fabricants de colle à la caséine, mais les formulations sont adaptées à des emplois spécifiques comme le collage des étiquettes sur des produits froids ou l'enduction de papiers spéciaux. Le rare fabricant qui continue à faire une colle pour le bois a hélas inclus dans sa formulation des composés toxiques (fluorures).

Le produit :

Après avoir testé de nombreuses formulations, trois sont en cours de test final avant une sélection définitive qui devrait intervenir dans les jours (ou au pire semaines) qui viennent. Elles sont toutes basées sur des recettes éprouvées, comprenant une très forte proportion de caséine pure, auxquelles ont été enlevés les composés toxiques ou supposés comme tels. La différence entre les trois tient aux différents produits de remplacement qui ne doivent pas altérer la performance finale.

Cette colle sera commercialisée en poudre, sous petit conditionnement en emballage papier, et devrait être la SEULE colle structurale réellement 100% sans produit toxique.

Son marché :

Il va des éco-consommateurs aux fabricants de lamellé-collé en passant par les restaurateurs de meubles anciens.