Le dernier billet de David Castera racontant ses mésaventures se termine sur une idée de procédé de fabrication rapide que j’attends avec impatience. Que voulez-vous je suis curieux !

Et c’est peut-être ce qui manque à nos chefs d’entreprises ou à nos ingénieurs : un peu de curiosité et d’imagination.

C’est fou ce que l’on peut réaliser quand on a un peu de curiosité et quand on est amateur. On a l’avantage de prendre un problème de zéro et de ne pas être conditionné par un apprentissage préalable. Et quand en plus madame ne voit pas d’un très bon œil vos dépenses de bricolage vous essayez de limiter les dégâts financiers.

En participant à quelques forums de discussion de passionnés vous pouvez réaliser pour un coût dérisoire :

  • Une pompe à vide pour faire du moulage de composites (compresseur de frigo à la casse).
  • Une fraiseuse numérique 3 axes (moins de 500 euros électronique maison comprise et je ne suis pas électronicien !).
  • Une mini presse à injecter les thermoplastiques (avec les moules réalisés par électroformage).
  • Une perceuse à électroérosion.
  • Un four électrique de trempe des métaux et de cuisson céramique en fibre réfractaire moulée sous vide.
  • Une mini fonderie de bronze fonctionnant au gaz.
  • Et même .. un mini turbo réacteur pour drône avec une turbine de compresseur auto (pas terminée pour cause de recherches sur la réalisation en composites thermostructuraux et de la création d’iPharos !)

Et j’en passe … comme la réalisation de silice colloïdale à partir de silicate de soude (chez Castorama ) et de résine échangeuse d’ion (adoucisseur d’eau). Ca m’évite de commander en Allemagne un fût de 200 litres (Madame n’aurait pas été contente !)

Avant de réaliser tout ça j’ai souvent discuté avec des ingénieurs qui la plupart du temps trouvaient les projets irréalisables … les amateurs eux l’on fait !

Tiens ça me rappelle une histoire de bergers