jp pellegry [le blog]

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 1 janvier 2000

A propos de l'auteur

Juriste et financier de formation, j’ai quitté mes Universités au siècle dernier avec un DEA en poche et un cycle pas tout à fait terminé à l’Institut Français de Presse. Histoire de ne pas trop sentir le rat de bibliothèque j’ai, durant cette période, joué les pigistes en publiant quelques articles dans des revues aussi diverses que Le Point, Vogue Homme, F Magasine, Pilote Privé et … Playboy ! Un projet d’émission TV, piqué au dernier moment par … (mais c’est de l’histoire ancienne !) m’a quand même permis d’aller faire le zouave (pardon « l’aviateur » pas trop loin de chez moi.

C’est grâce à la publication pour Le Point d’un article sur le LMBO, que j’ai commencé ma carrière professionnelle comme consultant en ingénierie financière à la Commission Générale d’Organisation Scientifique (plus connue sous le nom de CEGOS). J’y ai effectué un certain nombre de missions d’évaluation, de transmission, de diagnostic global et de redressement d’entreprises. Comme tout consultant de la CEGOS à cette époque, j’avais une activité de formateur et notamment la responsabilité technique des stages sur l’analyse financière, la gestion financière de la PME, le diagnostic global de l’entreprise, la formation de Credit-Manager etc … Je me suis même baladé deux ou trois fois à l’étranger pour aller animer des conférences de trois jours sur des sujets aussi drôles que la « mesure et contrôle de la performance financière des entreprises industrielles par la méthode des flux financiers » ! C’est à cette époque que j’ai attrapé le virus de l’informatique en réalisant un programme d’analyse financière et de crédit scoring.

Culpabilisant (enfin pas trop tout de même) de n’avoir pas mené au bout ma thèse de doctorat que mon directeur avait subtilement mais inexorablement transformé de « Droit et pratique des transmissions d’entreprises » en « Contribution à la différenciation entre les notions d’entreprise et de société à travers le droit et la jurisprudence sur les transmissions d’entreprise » j’ai pondu fin 1991 chez Dunod un bouquin intitulé « Gérer les risques financiers de la vente ».

Je ne sais pas si c’est la crise de la trentaine ou le fait que ce bouquin ait été sélectionné parmi les 50 livres de management de l’année 1992 par le groupe l’Expansion mais j’en ai profité pour me mettre à mon compte pendant quatre ans avant de tout arrêter (« in bonis ») et de venir m’installer avec toute la famille à Bordeaux en 1995.

Depuis lors j’ai vécu différentes expériences en cabinet de R.H., contrôle de gestion (avec une mission de quelques mois chez feu Kalisto), communication (coupe du monde en 1998 pour Manpower), dans l’intérim (création et gestion de l’activité « intérim cadre et hautes qualifications » de Manpower), et responsabilités commerciales avant de créer début 2005 …

__iPharos__

qui essaie d’aider les entreprises et collectivités à se de développer en Aquitaine à l’aide notamment de sites web réalisés avec des outils de gestion de contenu (Content Management System), de blocs-notes professionnels (Corporate blogging) et de syndication.

qui s'est reconverti début 2006 dans les loisirs techniques et la fabrication de la peinture la plus naturelle et la plus écologique actuellement disponible sur le marché !

Tout un programme !

Petite histoire pour convaincre les sceptiques de tout poil et aider à la résolution de problèmes ! Soluce ...

Préambule : Ce test a été réellement posé a deux groupes différents. Le premier était composé d'enfants de classes de primaires (en France et en Ecosse vous verrez pourquoi dans quelques lignes) après que l'on ait vérifié qu'ils avaient assimilé le système de comptage en chiffres romains (car vous avez bien lu 9 en chiffres romains sur le panneau, n'est-ce pas ?). Le deuxième groupe était composé de cadres de grands groupes Européens.

Une très forte majorité des enfants a proposé une des deux solutions possible.

80% des adultes n'ont pas été capables de proposer une solution. 15% ont proposé la solution A et 5% la solution B.

Que s'est-il passé ?

Vous avez lu le chiffre 9 en écriture romaine. Le berger ayant vendu trois moutons, vous avez donc cherché comment écrire 6 en chiffres romains en rajoutant un signe. Et .... ce n'est effectivement pas possible. Mais !

Jamais on ne vous a parlé de chiffres romains mais simplement d'obtenir un résultat (marquer le nouveau nombre de moutons sur le panneau) et ce par le moyen de votre choix simplement en "rajoutant un signe". Alors lequel ?

Solution A (15% des adultes)

Vous pouviez rajouter un 6, et on peut alors lire "Une fois six"

Solution B (5% des adultes et la majorité des enfants)

Dans ce cas vous rajoutez un S et pouvez lire SIX (qui s'écrit le la même façon en Français et en Anglais !). C'est la solution la plus satisfaisante.

Alors ? qu'est ce que cela veut dire ? Non pas que les enfants sont plus intelligents que les adultes mais que leur connaissance du système de comptage en chiffres romains étant plus récente, la maîtrisant moins, ils ont plus facilement cherché une solution dans une autre direction. Les adultes eux, se sont conditionnés pour trouver une solution en chiffres romains et n'y arrivant pas ils ont pour la plupart décrété que "Cela n'était pas possible !"; ET POURTANT ...

Alors, face à un problème que vous n'arrivez pas à résoudre ne dites plus "ce n'est pas possible, ça ne marchera pas, je n'y arriverai pas". N'abandonnez pas, ne rejetez pas avant d'avoir :

Changé l'angle de vue que vous avez retenu. Ce n'est peut etre tout simplement pas le bon !

Epilogue : Ayant exercé dans le conseil et la formation pendant quelques années, j'ai eu souvent l'occasion de faire ce petit jeu pédagogique au cours de réunions ou de stages que j'animais. De toutes les populations rencontrées (commerciaux, techniciens jusqu'aux cadres dirigeants de grandes entreprises surtout en France mais plusieurs fois a l'étranger) les résultats étaient identiques en terme de pourcentages de réponses. Après le repas et au quatrième jour d'un stage sur les techniques financières ça vous rebooste une population qui, par exemple, a du mal à passer du concept de tableau de financement à celui d'une gestion pluri-annuelle des flux financiers ! Ça aide aussi pas mal pour faire passer une idée nouvelle ou non-conventionnelle au cours d'une réunion. Ou tout simplement pour essayer de résoudre un problème de quelque nature qu'il soit. (Merci au passage a Isolde Feuillette, ex collègue, qui un jour m'a montré ce petit jeu.)

Dernier conseil. Evitez de montrer ce jeu à vos enfants ! l'une de mes filles a cassé les pieds à toutes les instits qu'elle rencontrait dans la cours de récréation. Ça aide a vous faire remarquer auprès du corps professoral comme un individu bizarre !